Dépression mélancolique
Académie - Méditation par Domenico Fetti 1618.jpg
Méditation par Domenico Fetti 1618
Spécialité Psychiatrie
Symptômes Humeur basse, faible estime de soi, fatigue, insomnie, anorexie, anhédonie, manque de réactivité de l’humeur, mauvaise humeur le matin[1]
Complications Automutilation, suicide
Début habituel Début de l’âge adulte
Les causes Facteurs génétiques, environnementaux et psychologiques
Facteurs de risque Antécédents familiaux, traumatisme,
Traitement Counseling, antidépresseur, électroconvulsivothérapie

Dépression mélancolique, ou dépression aux traits mélancoliques, est un sous-type DSM-IV et DSM-5 de dépression clinique.

Signes et symptômes[edit]

Nécessitant au moins l’un des symptômes suivants:

  • Anhédonie (l’incapacité à trouver du plaisir dans les choses positives)
  • Manque de réactivité de l’humeur (c.-à-d. Que l’humeur ne s’améliore pas en réponse à des événements positifs)

Et au moins trois des éléments suivants:

  • Dépression qui est subjectivement différente du deuil ou de la perte
  • Perte de poids sévère ou perte d’appétit
  • Agitation ou retard psychomoteur
  • Réveil tôt le matin
  • Une culpabilité excessive
  • Pire humeur le matin

Les caractéristiques mélancoliques s’appliquent à un épisode de dépression qui survient dans le cadre d’un trouble dépressif majeur ou d’un trouble bipolaire I ou II.[2]

On pense que les causes du trouble dépressif majeur de type mélancolique sont principalement des facteurs biologiques; certains peuvent avoir hérité du trouble de leurs parents. Parfois, des situations stressantes peuvent déclencher des épisodes de dépression mélancolique, bien que ce soit une cause contributive plutôt qu’une cause nécessaire ou suffisante. On pense également que les personnes présentant des symptômes psychotiques sont plus sensibles à ce trouble. Il est fréquent chez les personnes âgées et souvent inaperçu par certains médecins qui perçoivent les symptômes comme faisant partie de la démence. Le trouble dépressif majeur, mélancolique ou autre, est une affection distincte qui peut être comorbide avec la démence chez les personnes âgées.[3]

Traitement[edit]

La dépression mélancolique est souvent considérée comme une forme de dépression d’origine biologique et particulièrement grave.[4] Le traitement implique des antidépresseurs, une thérapie électroconvulsive ou d’autres traitements empiriquement soutenus tels que la thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie interpersonnelle pour la dépression.[5] Une analyse de 2008 d’une vaste étude de patients atteints de dépression majeure unipolaire a révélé un taux de 23,5% pour les caractéristiques mélancoliques.[4] Il s’agissait de la première forme de dépression largement étudiée, et bon nombre des premières listes de contrôle des symptômes de la dépression le reflètent.

Incidence[edit]

On a constaté que l’incidence de la dépression mélancolique augmentait lorsque la température et / ou la lumière du soleil étaient basses.[6]

Selon le DSM-IV, le spécificateur de « traits mélancoliques » ne peut s’appliquer qu’aux éléments suivants:

  1. Épisode dépressif majeur, épisode unique
  2. Épisode dépressif majeur, épisode récurrent
  3. Trouble bipolaire I, épisode le plus récent déprimé
  4. Trouble bipolaire II, épisode le plus récent déprimé

Voir également[edit]

Les références[edit]