Scott Atkinson a quitté les champs de bataille de l’Afghanistan il y a plus de dix ans.

Le vétéran canadien mène maintenant une guerre différente, une lutte pour se guérir.

Tout cela remonte à son retour à la maison «avec colère».

«J’étais plein de colère et je ne savais pas comment m’en occuper, vous savez», a déclaré Atkinson au Tout droit dans une entrevue téléphonique à Smiths Falls, une ville à l’extérieur d’Ottawa.

«La culpabilité des choses qui ont pu arriver. Tant de choses », a ajouté le vétéran militaire.

Ses blessures émotionnelles lui ont coûté cher.

«Je me suis mis à travers beaucoup de choses, sans admettre mes blessures de santé mentale», a raconté Atkinson. «Et je buvais depuis longtemps. J’utilisais des opioïdes pour essayer d’arrêter la douleur.

Sa souffrance fait aussi mal à ceux qu’il aime.

«Cela a eu des conséquences néfastes sur ma famille, ma femme, mes enfants», a déclaré Atkinson.

Beaucoup de ses camarades d’armes sont allés et continuent de traverser ce genre d’épreuve mentale. Certains vétérans sont tombés.

«J’ai vu tellement d’amis se suicider au cours de la dernière année, un an et demi», a déclaré Atkinson.

Il a quitté l’armée canadienne avec le grade de caporal-chef. Il a rejoint en 1992 et a raccroché son uniforme en 2018.

L’ancien fantassin a fait une tournée dans l’ancienne république de Yougoslavie; il en a fait deux en Afghanistan.

«Si vous regardez toute ma carrière, j’ai probablement 15 à 20 amis proches qui se sont suicidés», a déclaré Atkinson. «Je ne veux pas voir ça avec plus d’amis.»

Atkinson vit actuellement sur une pension d’ancien combattant.

Il a également dit qu’il passait du temps avec un groupe appelé Vanguard Wellness. Cette équipe l’a mis en relation avec Field Trip Health, une société de psychédéliques basée à Toronto.

Avec Field Trip, Atkinson a trouvé de nouveaux amis dans sa quête pour se guérir. L’entreprise soutient sa demande d’exemption en vertu des lois canadiennes sur les drogues pour utiliser la psilocybine, une substance interdite.

La psilocybine est le composé hallucinogène présent dans les champignons dits magiques du genre Psilocybe.

Les partisans disent que la substance augmente le sentiment d’optimisme d’une personne. De plus, il est vanté pour favoriser le bien-être et réduire les sentiments négatifs. Des études indiquent également que la psilocybine réduit l’anxiété et la dépression.

Atkinson a besoin de toute l’aide qu’il peut obtenir.

Il souffre de trouble de stress post-traumatique, de dépression résistante au traitement, de trouble d’anxiété généralisée résistant au traitement, de trouble panique avec agoraphobie et de syndrome de douleur chronique, selon un communiqué de presse Field Trip.

Si Atkinson obtient un accès légal à la psilocybine, il suivra une psychothérapie à Toronto sous la supervision du Dr Michael Verbora, directeur médical de Field Trip.

L’avocat ontarien Ronan Levy a cofondé la société, dont il est président exécutif.

«De quiconque, avec sa bravoure et sa carrière distinguée, le caporal-chef Atkinson est certainement parmi les plus méritants de bénéficier de cette exemption», a déclaré Levy dans le communiqué.

Cela dépend de la ministre fédérale de la Santé Patty Hajdu. Le ministre a le pouvoir d’accorder une exemption en vertu de l’article 56 de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances. Elle peut le faire à des fins médicales ou scientifiques ou si elle estime que cela sert l’intérêt public.

Dans le communiqué de presse, Field Trip a déclaré que, si elle était accordée, l’exemption prévue à l’article 56 serait la première pour un ancien combattant canadien.

De plus, ce serait le premier accordé à un Canadien sans maladie en phase terminale ou non en soins palliatifs.

En août 2020, Hajdu a accordé des exemptions pour quatre patients en phase terminale d’utiliser la psilocybine pour soulager leur détresse de fin de vie.

«De plus, si elle est approuvée, la demande ouvrira la porte aux Canadiens et aux autres anciens combattants pour accéder à la psychothérapie assistée à la psilocybine», indique le communiqué.

Atkinson a dit au Tout droit qu’il a écrit Hajdu pour une telle exemption. «En Afghanistan, nous avons été bombardés et bombardés tous les jours», a-t-il dit.

Et il y avait beaucoup plus qu’il voyait et faisait. «J’étais avec les gars d’opération avancés, qui ont appelé dans beaucoup de missions de tir et tout,» a déclaré Atkinson.

Les soldats qui reviennent de guerre pour se réintégrer dans la paix n’ont pas la tâche facile, a-t-il noté.

«Vous rentrez chez vous à Vancouver ou à Toronto et c’est censé être normal», a déclaré Atkinson avec un petit rire. «C’est vraiment dur.»

La victoire est parfois difficile à mesurer dans une guerre, mais pas pour Atkinson dans sa nouvelle bataille.

«Maintenant, je travaille pour me guérir, mais ça va toujours guérir la relation avec ma femme et mes enfants», dit-il.