Une ancienne employée d’une maison de retraite pour personnes âgées qui a frauduleusement utilisé une procuration pour acheminer plus de 100 000 $ du compte bancaire d’une résidente âgée vers le sien a tellement honte d’avoir commis une infraction qu’elle a du mal à quitter la maison.

L’enquête sur Kaylene Joy Stanborough a commencé après qu’un avocat a découvert que le compte bancaire d’Ethel Haines, résidente de soins âgés, ne contenait que 9271 $ à son décès, à l’âge de 89 ans, en février 2017.

Le tribunal du comté de Victorian a entendu Stanborough, maintenant âgé de 52 ans, transférer de l’argent des comptes de Mme Haines à 11 reprises pour un total de 27 100 $ et, à 24 autres reprises, effectuer des retraits en personne totalisant 104 969 $.

Stanborough a pris l’argent entre décembre 2015 et février 2017, les derniers retraits ayant été effectués alors qu’elle était en congé de longue durée à la fin de son emploi chez Jacaranda Village où elle avait passé une décennie à travailler comme assistante administrative.

Le tribunal a appris que Stanborough avait accepté une procuration partagée pour Mme Haines en 2014 aux côtés du PDG de l’époque du village de Jacaranda, après que Mme Haines eut fait part de ses inquiétudes quant au fait que ses voisins profitaient d’elle.

Stanborough a plaidé coupable d’avoir obtenu un avantage financier par tromperie et d’avoir obtenu des biens par tromperie le mois dernier, lorsque le tribunal a appris qu’elle se sentait piégée dans une relation «tyrannique» avec un homme violent et abusif.

Un mandat d’arrêt a été émis contre l’ancien partenaire de Stanborough pour fraude, a appris le tribunal, mais son sort reste inconnu.

Lors de la détermination de la peine aujourd’hui, le juge Peter Lauritsen a qualifié l’infraction de Stanborough de « honteuse », mais a admis que sa peur de son ancien partenaire avait joué un rôle.

Abus de réputation de confiance

Bien que le juge Lauritsen ait déclaré que l’absence de condamnations antérieures et la bonne moralité de Stanborough étaient pertinentes pour la détermination de la peine, ils étaient également des facteurs qui lui avaient permis de commettre la fraude au départ.

Elle avait été chargée d’accepter la procuration par son ancien patron, Susan Lynch, qui a parfois signé des chèques en blanc que Stanborough utilisait pour retirer de l’argent.

Le personnel de la banque a également autorisé Stanborough à effectuer des retraits sans la signature de Mme Lynch à d’autres occasions.

Westpac avait remboursé la succession de Mme Haines, a entendu le tribunal, et ne demandait pas de restitution à Stanborough.

Le juge Lauritsen a déclaré que « la honte agira comme un puissant moyen de dissuasion » pour Stanborough, mais a reconnu que l’effet de la couverture médiatique sur elle dans la région de Sunraysia avait été « disproportionné ».

On lui a diagnostiqué un trouble de stress post-traumatique et une agoraphobie, dans la mesure où elle a du mal à suspendre sa toilette et nécessite un traitement psychologique continu.

« La mesure dans laquelle la communauté a besoin de vous protéger maintenant est très limitée », a déclaré le juge Lauritsen.

Stanborough a été placée sous le coup d’une ordonnance de correction communautaire pendant deux ans et trois mois, l’obligeant à effectuer 200 heures de travail non rémunéré et à subir une évaluation et un traitement pour des problèmes de santé mentale.

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez êtes victime de maltraitance envers les aînés, vous pouvez contacter la ligne d’assistance gratuite et confidentielle de Seniors Rights Victoria: 1300 368 821