Que ce mettons la peur du changement, du rejet, de l’échec, du succès, la peur de vieillir, d’aimer ou celle de perdre, connaissons achevés la peur. Une pensée, une parole, une rencontre, une croyance, un souvenir, une odeur, pourrait la déclencher. Peu importe sa forme et pourquoi pas sa provenance, elle peut tomber dessus n’importe où, n’importe quand. Et même s’il n’y a aucun hardship réel, paralyse sur place, nous terrifie et nous pousse à nous cacher ou à courir.