CBC

Restaurer l’héritage d’un écrivain « pionnier » de Black Saint John

Rues escarpées, hautes flèches gravées dans le ciel, Quais gris qui connaissent le chemin du vent et de la marée, Brouillard tamisé, dérivant, cri plaintif de la mouette, Une ville, vieille et assurée, portant la fierté des souvenirs épiques et du patrimoine…. Peu de poèmes ont aussi parfaitement capturé le courage et la dignité de la plus ancienne ville incorporée du Canada. Ces lignes, intitulées Saint John, NB deviennent encore plus remarquables quand on apprend que l’auteur était une femme noire née en 1887. Anna Minerva Henderson, la fille d’un instituteur et d’un coiffeur, a grandi pour devenir une fonctionnaire et littéraire primée pionnier. Le critique littéraire noir et auteur lauréat du Prix du Gouverneur général George Elliott Clarke la décrit comme «la première femme noire de langue anglaise au Canada à oser publier un recueil de vers». Le livre, Citadel, est une lettre d’amour à Saint John, avec des poèmes sur King’s Square, les Loyalist Burial Grounds et Market Slip. « Elle était une fière Maritimer, en plus d’être une fière femme noire », a déclaré Clarke. Anna Minerva Henderson a dépassé le racisme auquel elle était confrontée pour se tailler une place en tant que femme instruite et prospère. Mais son nom a été presque oublié. Jusqu’à maintenant. Élevé par une mère célibataire Quand Henderson était jeune, de nombreux Néo-Brunswickois noirs «auraient été analphabètes – maintenus opprimés pour servir de main-d’œuvre bon marché aux plus grandes communautés blanches», a déclaré Clarke. Bien que certains Noirs aient reçu une éducation, ce n’était souvent «pas quelque chose dont on parlait», dit Jennifer Dow, généalogiste et historienne de la famille basée à Oromocto. La mère de Henderson, Henrietta Leake, était une institutrice de Kingsclear, qui a obtenu son diplôme de l’école normale provinciale et enseigné dans le nord de Saint John. Son père était un soldat afro-américain avec le 31e Maine Infantry, qui a combattu pendant la guerre civile pour les forces de l’Union avant de venir au nord. Il trouva du travail comme barbier, gagnant le surnom de «professeur» parmi ses clients. Il « est décédé tragiquement dans un accident en 1893. Ainsi, sa mère a dû élever trois filles seule », a déclaré Dow. L’éducation était primordiale dans la maison Henderson, a déclaré Clarke. La sœur d’Anna, Mabel, était connue pour ses travaux d’aiguille exquis qui lui ont valu des prix lors d’expositions canadiennes. Leurs parents «ont compris et réalisé que l’éducation était absolument essentielle pour permettre à leurs filles de réussir et de se frayer un chemin dans le monde». Anna Minerva était la seule personne de couleur dans la promotion de finissants de l’école secondaire Saint John en 1905. Elle a obtenu son certificat d’enseignante – mais s’est vu interdire en raison de sa race d’enseigner à Saint John ou à Halifax. Après deux ans d’enseignement dans les communautés noires de la Nouvelle-Écosse, elle a passé l’examen de la fonction publique. Elle a réussi avec «la troisième note la plus élevée pour tout le Dominion du Canada en 1912», a déclaré Clarke. Elle a ensuite travaillé à Ottawa pour le ministère des Mines et des Forêts, en tant que sténographe principale, et a été promue commis principale en 1925. Elle a également écrit un article régulier pour le Ottawa Citizen intitulé The Colymn. En 1945, elle est retournée à Saint John et a travaillé comme sténographe pour le cabinet d’avocats local Fairweather & Stevenson. Impressions de Saint John En 1967, à l’âge de 80 ans, Henderson a auto-publié son livre, Citadel. Beaucoup de poèmes de ce recueil parlent de sa ville natale. Saint John, au Nouveau-Brunswick, débute avec la devise latine de la ville, qui se traduit par «Ô fortunés dont les murs s’élèvent maintenant». « Elle célèbre l’essor de la ville », a déclaré Clarke, « mais aussi: qui en fait creusait ces fondations? Qui faisait le gros du travail et le travail de pose des rues et de construction des murs sinon les esclaves noirs? » Dans « The Old Burying Ground », Henderson décrit les « grands arbres [that] étalez les bras protecteurs »et« les vieillards sur les bancs [who] « Le Loyalist Burial Ground a peut-être été un endroit où Henderson se sentait proche de ses racines, a déclaré Clarke. » Avec les Loyalistes blancs enterrés là-bas, il pourrait aussi y avoir des Loyalistes noirs et des esclaves noirs, bien qu’il soit très probable que ils auraient été placés dans des parcelles non marquées, ou peut-être enterrés à côté de leurs anciens maîtres comme des animaux de compagnie, pour avoir crié à haute voix. »Un autre poème, Market Slip, imagine le port de Saint John comme une porte d’entrée pour« les rêveurs et les bâtisseurs… qui construisent un avenir d’une vision plus large. »« Elle se serait souvenue, lorsqu’elle était fille à Saint John, que le port était florissant. Il y avait des navires qui arrivaient à Saint John de partout dans le monde et de tout l’Empire britannique « , a déclaré Clarke. Bien que la discussion sur la race ne soit pas explicite dans les poèmes de Henderson, il y a des moments où elle semble faire référence à ses expériences en tant que femme noire. Un poème, This Life, se lit en partie: Moi qui ai marché seul Avec haine et peur, et les ai réprimés dans mon heure Avec un regard constant, revendique maintenant le mien: À moi est la gloire, oui, et à moi le pouvoir! Le message Henderson essayait d’envoyer, dit Clarke, c’est clair. «Elle dit: je suis ici, je suis le pionnier, je montre la voie. Même si elle ne pouvait pas savoir avec certitude qui allait l’entendre « , a déclaré Clarke. » C’était une écrivaine noire qui est marginalisée, en marge du pays, mais qui demande toujours un public. Être lu. Pour être entendue. « Étudiante de longue date Au cours de sa longue vie, Henderson n’a jamais cessé d’écrire. En 1974, à 86 ans, elle s’est inscrite à un cours d’écriture créative à l’Université du Nouveau-Brunswick, disant au Telegraph-Journal qu’elle » ne se souciait pas d’une épingle « sur la différence d’âge entre elle et les autres élèves. Elle a prévu une deuxième édition de son livre avec de nouveaux poèmes, mais il ne semble pas que l’ouvrage ait jamais été publié. Aujourd’hui, Citadel est épuisé mais est disponible via le Nouveau-Brunswick Système de bibliothèque publique. Le 21 juillet 1987, à l’âge d’un mois à peine 100 ans, elle a été enterrée au cimetière Fernhill aux côtés de sa sœur et de ses parents. Malgré les réalisations d’Henderson, « son héritage est inexistant pour le grand public. », a déclaré l’historien de Saint John Peter Little.« Il n’y a qu’une poignée de personnes qui la connaissent. «Des chercheurs comme Jennifer Dow espèrent changer cela. Il est important pour les créateurs, artistes et écrivains noirs travaillant aujourd’hui au Nouveau-Brunswick de» voir ceux qui ont viennent avant eux, et l’excellence qui existe depuis des siècles au Nouveau-Brunswick », a déclaré Dow. Dow collabore avec la nouvelle Alliance des artistes noirs du Nouveau-Brunswick pour mettre en valeur des gens comme Henderson et d’autres Néo-Brunswickois pionniers dans le domaine des arts. « Nous avons refusé de croire que les Canadiens noirs sont des citoyens importants, ou avons déjà fait quelque chose de vraiment important dont nous devons nous souvenir. Il est donc facile pour les générations futures de venir effacer les contributions de personnes comme Henderson », a déclaré Clarke. « Elle mérite d’être inscrite sur les timbres-poste. Il devrait y avoir des concours d’écriture en son nom pour encourager les autres – car il y a encore une lutte pour l’égalité, pour les femmes et pour les Noirs et les Autochtones. » Elle prend sa place de pionnière pour nous tous. « Pour plus d’histoires sur les expériences des Canadiens noirs – du racisme anti-noir aux réussites au sein de la communauté noire – consultez Etre noir au Canada, un projet de la SRC dont les Canadiens noirs peuvent être fiers. Vous pouvez lire plus d’histoires ici.