Whitney McGinnis, conseillère universitaire et d’orientation de l’Académie Maur Hill-Mount, a constaté une forte augmentation des problèmes de santé mentale à l’école depuis le début de la pandémie de COVID.

par Lisa Baniewicz
Spécial au levain

Note de l’éditeur: Les noms des élèves et des enseignants interrogés pour cette histoire ont été modifiés pour protéger leur vie privée.

ATCHISON – L’American Psychological Association déclare: «Il n’y a aucun doute: la pandémie de COVID-19 a eu un impact substantiel sur la vie de tous les Américains, et elle continuera de le faire. Cela a perturbé le travail, l’éducation, les soins de santé, l’économie et les relations, certains groupes étant plus affectés que d’autres.

De nouvelles données des Centers for Disease Control and Prevention indiquent que la santé mentale des citoyens des États-Unis a également été touchée.

Pour les adolescents, un groupe d’âge déjà vulnérable émotionnellement, cela n’a fait qu’aggraver les problèmes de santé mentale. C’est certainement le cas pour une école secondaire de la région qui a connu une augmentation spectaculaire des problèmes de santé mentale depuis le début du COVID.

Whitney McGinnis, conseillère universitaire et d’orientation à l’Académie Maur Hill-Mount d’Atchison, détient un baccalauréat et deux maîtrises. Elle est à l’école depuis 10 ans. Depuis la création de COVID, elle a constaté une forte augmentation des problèmes de santé mentale à l’école.

«Avant cette année, c’était une légère anxiété et un peu de dépression», a déclaré McGinnis. «Maintenant, c’est une anxiété massive, une dépression massive, des tentatives de suicide et des idées.»

Elle pense que l’une des raisons de cette augmentation est qu’il y a trop d’inconnues sur le virus.

«Personne ne sait ce qui va suivre et il y a un certain SSPT (trouble de stress post-traumatique) que tout le monde éprouve depuis que la vie s’est arrêtée si vite au printemps dernier», a déclaré McGinnis.

«Les aînés actuels ont vu la classe au-dessus d’eux perdre leur bal et leurs sports de printemps, puis leur diplôme a été reporté», a-t-elle ajouté.

McGinnis a remarqué la nécessité d’aborder la santé mentale du corps étudiant. En octobre dernier, elle a présenté «les lundis de la santé mentale» à l’école. L’objectif était d’aborder la santé mentale avec les élèves dans un espace sûr pour qu’ils puissent exprimer leurs sentiments.

Le défi pour les enseignants était de trouver comment gérer les problèmes de santé mentale des élèves tout en essayant d’équilibrer l’enseignement en personne et à distance.

En raison de l’augmentation massive des problèmes de santé mentale et de la nécessité de guider le personnel, McGinnis a contacté Stevie Durkin, un ancien de MH-MA de 2002 qui est le directeur exécutif de la clinique de santé communautaire Atchison.

Premièrement, Durkin, qui est un travailleur social clinique spécialisé agréé (LSCSW) et un maître conseiller en toxicomanie agréé, est venu à MH-MA pour rencontrer les enseignants et évaluer leurs besoins.

Après la rencontre initiale avec la faculté, Durkin est retourné à l’école quelques semaines plus tard. Cette fois, il a amené tout son personnel de santé mentale de la clinique. Ils ont divisé la faculté en petits groupes pour discuter de leurs expériences individuelles avec leurs étudiants.

«Nous voulions nous assurer qu’ils sachent que nous sommes là pour les soutenir», a déclaré Durkin. «Tous ceux qui travaillent en première ligne de cette pandémie doivent se soutenir les uns les autres.»

Stevie Durkin, LSCSW, directeur exécutif de la clinique de santé communautaire Atchison, et Beth Gilbert, LMLP, directrice de la santé comportementale, discutent avec des enseignants de la Maur Hill-Mount Academy à Atchison pour discuter de leurs besoins en matière de santé mentale des élèves.

Durkin a souligné que le stress émotionnel de la pandémie est considérable.

«Même en retirant le groupe d’âge», dit-il, «nous constatons une augmentation de la dépression et de l’anxiété. En fin de compte, les gens perdent leurs contacts sociaux. Il y a un isolement accru et nous sommes confrontés à beaucoup d’incertitude à tous les niveaux avec tous nos patients.

Cela est vrai pour Tina J., étudiante en deuxième année à MH-MA, qui souffre d’anxiété, de dépression, d’idées suicidaires et aux prises avec un trouble de l’alimentation. Elle a dit que COVID n’a fait qu’amplifier sa dépression et son anxiété.

«L’isolement a été vraiment très difficile pour moi», a déclaré Tina. Je suis extraverti et cela m’aide à être avec les gens pour éviter de me retrouver dans un espace négatif. Ne pas pouvoir voir d’autres personnes – être constamment avec soi-même pendant de très longues périodes – n’est pas utile. »

Junior Jenny S. n’avait jamais eu de crise d’angoisse avant la pandémie.

«Je pense que ces attaques ont commencé avec COVID», a-t-elle déclaré, «parce que lorsque les étudiants ont commencé à se mettre en quarantaine, beaucoup d’entre nous ont eu l’impression de prendre du retard et que nous ne pouvions pas apprendre aussi bien à la maison qu’en personne.

L’administration de MH-MA a remarqué que la lutte pour la mise en quarantaine ne faisait qu’ajouter au stress et à l’anxiété du corps étudiant. Après s’être entretenu avec d’autres administrateurs catholiques du lycée de l’archidiocèse, l’administration MH-MA a annulé les examens finaux juste avant les vacances de Noël.

«Il y avait une acclamation audible dans tout le bâtiment de l’école qui a éclaté avec cette nouvelle», a déclaré le président du MH-MA, Phil Baniewicz.

Les étudiants ne sont pas les seuls à souffrir de problèmes de santé mentale. M. X, professeur de MH-MA, peut comprendre. Il souffre de crises d’angoisse depuis cinq ans.

«De toute évidence, COVID n’aide pas», dit-il. «Si quelqu’un n’a pas de distanciation sociale, je pense: » Dois-je reculer? » Ou si quelqu’un ne porte pas de masque, je commence à m’inquiéter pour ces choses.

Ajoutez une planification de cours au milieu de COVID et cela ne fait qu’ajouter au stress sous-jacent.

«En tant qu’enseignant, je dois avoir des plans d’urgence», dit-il. «Serons-nous éloignés demain? Vais-je être mis en quarantaine? Et, il semble n’y avoir aucune rime ou raison pour laquelle les gens contractent le COVID. C’est l’autre genre de souci. Cela ne suit pas les règles de la logique ou les règles que nous connaissons généralement. »

Après la rotation du corps professoral à chaque session avec le personnel de la clinique de santé communautaire Atchison, la journée s’est terminée. McGinnis avait bon espoir.

«La conversation de Stevie avec eux renforçait les bonnes choses [teachers] faisaient déjà dans leurs salles de classe », dit-elle. «Cela les a aidés à comprendre la santé mentale et leur a donné des outils pour aller de l’avant.

Junior Sally K. a déjà été aidée par l’un des membres du corps professoral.

«Mon professeur m’a vu commencer à avoir [a panic attack] et aussitôt elle m’a emmenée dans une pièce vide pour qu’elle ne soit pas devant tout le monde et que je puisse avoir un peu d’espace », a déclaré Sally. «Elle m’a dit de prendre de grandes respirations et m’a dit calmement que c’était normal de le laisser sortir. Elle était si gentille et calme et j’ai tellement apprécié sa présence. Elle s’est assurée que je me sentais à l’aise et en sécurité et ne me faisait pas honte. Et je suis tellement reconnaissant.

McGinnis a souligné que la meilleure chose que nous puissions faire est de continuer à nous éduquer et à informer nos enseignants sur la santé mentale.

«Les étudiants doivent être rassurés que la santé mentale n’est pas un tabou», a-t-elle déclaré. «Ce n’est pas quelque chose dont il faut avoir honte. Ce n’est pas quelque chose que vous devez cacher.

Durkin a quitté son alma mater avec une vision positive de son avenir.

«Un fort sentiment de communauté est ce qui va amener MH-MA à travers cela, comme tout le monde», a-t-il déclaré. «Et vous l’avez ici à MH-MA.»

Durkin a souligné qu’il existe d’autres services de santé mentale disponibles à Atchison, notamment le Centre d’orientation, les services de counseling Atchison et Hope Family Therapy. La hotline nationale de prévention du suicide est le 1 (800) 273-8255.