Le directeur de la police de Montréal (SPVM), Sylvain Caron, a tenu une conférence de presse vendredi après-midi, dans laquelle il a déclaré Mamadi III Fara Camara innocent en lien avec la tentative de meurtre d’un policier le mois dernier.

«Je veux que les Montréalais sachent qu’il n’a pas à avoir honte», a déclaré Caron aux journalistes.

La déclaration intervient moins de 24 heures après que le SPVM a déclaré qu’il était trop tôt pour nettoyer Camara.

Selon Caron, ce n’est qu’après avoir reçu les résultats du laboratoire d’ADN vendredi que la police a pu l’exonérer.

Ces résultats ont été communiqués au directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec.

Camara a été arrêtée le 28 janvier, après qu’un policier aurait été désarmé et agressé à la suite d’un arrêt de la circulation dans l’arrondissement Parc-Extension de Montréal.

L’histoire continue sous la publicité

Il a passé près d’une semaine en détention lorsque les procureurs ont abandonné mercredi toutes les charges retenues contre lui après avoir déclaré que des preuves avaient fait surface pour l’absoudre.

Caron a déclaré qu’il avait accepté de rencontrer Camara «pour présenter nos plus sincères excuses à sa famille et à lui, pour tous les désagréments liés aux événements malheureux des derniers jours».

LIRE LA SUITE: Le maire de Montréal veut une enquête après la suspension des accusations pour un homme accusé d’avoir agressé un policier

Caron a déclaré qu’il «dans un souci de transparence» organisera une session pour le public et les médias pour expliquer le processus d’enquête criminelle dans un tel cas.

Le chef de la police a refusé de répondre aux questions des journalistes.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’est rendue sur les médias sociaux vendredi soir.

Dans un communiqué sur Twitter, la maire a déclaré qu’elle se félicitait de la déclaration et des excuses du SPVM et avait également présenté ses propres excuses à Camara et à sa famille.

«Redoublons d’efforts pour trouver le (s) coupable (s) de l’attaque d’un agent du SPVM et faire la lumière sur ce qui s’est passé», écrit-elle.

L’affaire a suscité quelques critiques.

Plus tôt dans la journée, le premier ministre Justin Trudeau s’est dit «préoccupé» par l’arrestation de Camara.

L’histoire continue sous la publicité

Trudeau a qualifié le cas de «troublant» et a déclaré qu’il était convaincu que les autorités québécoises feront le nécessaire pour comprendre ce qui s’est passé.

«Je sais que les autorités responsables sont très conscientes de la pression qui sera exercée sur elles pour comprendre exactement ce qui n’a pas fonctionné et pour répondre pleinement aux questions des amis, de la famille et des citoyens qui sont extrêmement préoccupés par cet incident troublant», a-t-il déclaré aux journalistes vendredi. .

Vendredi matin, la police de Montréal a déclaré que l’enquête sur l’agression se poursuivait et qu’elle avait trouvé un véhicule qui, selon elle, était conduit par un suspect dans l’affaire.

Const. Caroline Chèvrefils a déclaré que la Hyundai Elantra rouge avait été trouvée dans l’arrondissement de LaSalle au sud-ouest de la ville et que des détectives interrogeaient des témoins dans la région et vérifiaient si les caméras du quartier capturaient des images de la voiture ou de son conducteur.

L’enquête est toujours active et l’arme de l’officier n’a pas encore été retrouvée.

Dans un communiqué publié vendredi matin, le bureau du directeur des poursuites a déclaré que les procureurs sont «en principe» tenus d’avoir une affaire complète avant que des accusations ne soient portées. Mais, a-t-il ajouté, il n’est «pas exceptionnel» que des accusations soient portées tôt dans l’intérêt de la sécurité publique.

LIRE LA SUITE: Les accusations sont suspendues dans le cas d’un homme accusé de la tentative de meurtre d’un policier de Montréal

Audrey Roy-Cloutier, porte-parole du directeur des poursuites, a écrit que la police a arrêté Camara sur la base d’informations fournies par l’officier attaqué et de preuves circonstancielles. Elle a déclaré que les accusations avaient été déposées à la demande de la police.

L’histoire continue sous la publicité

Roy-Cloutier a déclaré que les procureurs avaient reçu de nouvelles preuves le 3 février et qu’après les avoir examinées, ils étaient parvenus à la conclusion qu’il n’était plus possible de soutenir les accusations portées contre Camara.

Les politiciens et les groupes de défense des droits civiques ont demandé jeudi une enquête indépendante pour déterminer comment Camara s’est retrouvé en prison pendant près d’une semaine avant que les charges ne soient abandonnées.

Plante jeudi a dénoncé la détention de Camara – qui est noire – comme «inacceptable» et a déclaré que toute enquête indépendante éventuelle devrait examiner si le profilage racial a joué un rôle.

Lire la suite:

Un avocat noir de Montréal dit que le protocole n’a pas été suivi lors d’un arrêt de la circulation et a l’intention de porter plainte

Yves Francoeur, chef de la fraternité policière de Montréal, a accusé le maire d ‘«ingérence politique» dans l’enquête policière en cours. Dans une lettre à Plante vendredi, la chef du syndicat a déclaré que sa décision de discuter du profilage racial dans le cadre de l’affaire était «extrêmement déplorable».

«Ce faisant, vous jetez de l’huile sur le feu, vous sapez le climat social et compliquez encore plus la tâche des personnes chargées d’assurer la sécurité des Montréalais», écrit Francoeur.

Un organisme communautaire de Parc-Extension a organisé une manifestation vendredi après-midi en solidarité avec Camara pour souligner les préoccupations concernant le profilage racial dans le quartier.

Les manifestants ont condamné l’arrestation et appelé à la fin du racisme systémique, beaucoup affirmant qu’ils ne pensaient pas que Camara aurait été arrêté s’il était blanc.

L’histoire continue sous la publicité

Cassandra Williams, l’une des manifestantes, a déclaré que la police devait être tenue responsable de ses actes. La mère de deux garçons noirs a déclaré qu’elle s’inquiétait de ce qui se passerait si son fils aîné, un adolescent, était confronté à un policier.

«Tenez-les responsables comme des enfants, vous faites quelque chose de mal, vous allez être puni», a déclaré Williams. «Tenez la police responsable, tenez ses patrons responsables.»

– Avec des fichiers d’Annabelle Olivier et Gloria Henriquez de Global News

© 2021 La Presse canadienne