Vous passez une journée difficile. Il pleut dehors et les chaussures que vous venez de laver la semaine dernière sont trempées dans la boue. Vous avez oublié vos devoirs à la maison et venez de découvrir que le test sur votre sujet le moins préféré est la semaine prochaine.

Pour aggraver les choses, vous venez de rater votre trajet en bus et vous vous tenez près de l’arrêt de bus, tremblant sous la pluie. Et pourtant, lorsque l’étranger qui se tient à côté de vous demande: «Comment vas-tu?» vous répondez toujours joyeusement «Je vais bien! Comment vas-tu?»

Il y a une norme sociétale non dite qui fait qu’il ne faut jamais répondre à cette courtoisie commune par autre chose que «je vais bien» ou «je vais bien». L’idée que quelqu’un réagisse avec autre chose peut être vue comme une perturbation des flux et reflux de la vie quotidienne. En normalisant cette réponse unique, la réponse à cette simple question est arrivée à un point où elle est automatique et non naturelle.

Je crois que cette réponse découle de l’appréhension de parler de santé mentale, qui se disperse ensuite en interactions quotidiennes communes, comme l’exemple ci-dessus. Bien qu’il puisse y avoir d’autres raisons pour lesquelles quelqu’un pourrait ne pas vouloir dire ce qu’il ressent, le plus souvent, il y a de l’inconfort à dire la vérité aux autres, de peur d’être jugé. Bien qu’il semble que cette stigmatisation découle uniquement de la société, elle est également profondément enracinée dans les intersections de multiples facettes, telles que la culture et votre éducation.

Ayant grandi dans une famille américano-asiatique, j’ai appris à supporter et à gérer mes émotions sans en parler à personne. Cela m’a amené à refouler mes émotions plutôt qu’à les exprimer, donc je ne deviens un fardeau pour personne.

Parler de problèmes de santé mentale est tabou dans de nombreuses cultures asiatiques, ce qui conduit malheureusement de nombreux Asiatiques à rejeter les symptômes de troubles mentaux. Les barrières culturelles telles que le mythe de la minorité modèle et la pression parentale encouragent et renforcent ce rejet.

La modèle de mythe minoritaire est un terme inventé qui est utilisé pour désigner un groupe minoritaire considéré comme ayant réussi par rapport à d’autres groupes minoritaires. Bien que l’on puisse percevoir le stéréotype selon lequel les Américains d’origine asiatique sont considérés comme l’incarnation intégration dans la culture américaine aussi flatteur, ce mythe crée une hypothèse néfaste que tous les Américains d’origine asiatique ont la stabilité économique et la réussite scolaire.

Une histoire dense de discrimination et de préjugés a été résumée dans le terme «minorité modèle» qui était inventé en 1966 par le sociologue William Petersen.

Petersen souligne cette structure familiale et les idéaux de travail acharné ont permis aux Asiatiques de surmonter la discrimination à leur encontre pour gagner leur succès aux États-Unis. Cette glamour passe sous silence les pressions et le stress enracinés dans une identité asiatique, dont on ne parle pas fréquemment dans les médias, comme le sentiments de doute de soi, de dépression, d’anxiété et de suicidalité.

Le contexte historique des Américains d’origine asiatique aux États-Unis a un effet sur les demandes et les attentes des parents d’origine asiatique à l’égard de leurs enfants. Ayant souffert de nombreuses années de racisme et de préjugés, certains parents d’origine asiatique et américaine reflètent leurs expériences dures et difficiles en tant qu’immigrants aux États-Unis sur leurs enfants.

Cela ajoute une autre couche de pression à leurs enfants, d’autant plus que leurs parents ont intériorisé et adopté le mythe de la minorité modèle dans leur style de vie. Adopter ce stéréotype par sa propre famille peut être plus préjudiciable à certains égards que le stéréotype présenté par la société car il crée l’illusion que vivre selon cette fausse hypothèse est la bonne façon de vivre.

Cette double pression présentée à la fois par la société et la famille peut être menace psychologique aux Américains d’origine asiatique, qui devraient respecter une liste interminable de normes éducatives, économiques et sociales.

De placer les idées sur leurs enfants d’avoir besoin d’avoir des A droits et des extrascolaires stellaires, cette pression parentale peut être la force motrice derrière de nombreux problèmes de santé mentale, tels que la dépression, l’anxiété et les troubles bipolaires, qui peuvent à leur tour nuire au développement de l’enfant.

En plus de tous ces problèmes au sein de la communauté américano-asiatique, il y a le fait que la santé mentale est un sujet si restreint, ce qui aggrave tout le problème. Les parents doivent modifier leurs approches, communiquer véritablement avec leurs enfants et ne pas imposer autant leurs intérêts et leurs attentes à leurs enfants.

Des organisations telles que TEEN LINE, Santé mentale Amérique, Alliance nationale sur la maladie mentale, National Asian American Pacific Islander Mental Health Association, Le projet Trevor et bien d’autres, sont d’excellents exemples de groupes de personnes qui font activement une différence pour lutter contre la stigmatisation entourant la santé mentale.

Par exemple, TEEN LINE est un service d’assistance téléphonique confidentiel destiné aux adolescents, où les adolescents s’entraident en cas de crise. Cela permet à l’appelant de mieux comprendre et sympathiser avec l’auditeur car ils sont eux-mêmes adolescents.

En raison de la quarantaine, de nombreuses personnes se sentent isolées et aimeraient que quelqu’un les reconnaisse et les écoute simplement. Il est important que nous considérions ces organisations comme des espaces où chercher de l’aide et des espaces pour encourager les autres à se pencher.

Je crois sincèrement qu’il est important que nous commencions tous à nous ouvrir et à savoir que c’est bien et pas honteux de partager nos émotions. Il y aura toujours des gens qui auront peur de le faire, et c’est à nous de naviguer dans ces conversations et d’encourager les autres à savoir qu’il est normal de ne pas être bien parfois.

Ce que j’ai également appris au fil des ans, c’est que nous ne devrions jamais prendre les gens pour acquis, car ils pourraient traverser quelque chose derrière une fausse façade heureuse. Plus que jamais, il est important de ne jamais juger quelqu’un, car on ne sait jamais ce qui se passe sous la surface.

Afin de commencer à briser cette surface et cette stigmatisation, nous devons tous intensifier et normaliser les conversations sur nos véritables émotions et sentiments. De cette façon, on espère que notre prochaine génération mènera une vie plus authentique et plus saine que la nôtre.