MOSCOU – Le Kremlin a organisé dimanche l’opération de police nationale la plus redoutable de la Russie de mémoire récente, cherchant à submerger un mouvement de protestation soutenant le chef de l’opposition emprisonné Aleksei A. Navalny qui a balayé le pays pour un deuxième week-end consécutif.

Mais la démonstration de force – y compris des stations de métro fermées, des milliers d’arrestations et des tactiques souvent brutales – n’a pas réussi à étouffer les troubles. Les gens se sont rassemblés pour M. Navalny sur la glace d’une baie du Pacifique et par milliers dans les villes de la Sibérie aux montagnes de l’Oural jusqu’à Saint-Pétersbourg. À Moscou, les manifestants ont évité un dédale de points de contrôle et de lignes de policiers anti-émeute pour marcher en colonne vers la prison où est détenu M. Navalny en scandant: «Tous pour un et un pour tous!»

Dimanche soir à Moscou, plus de 5 000 personnes avaient été détenues dans au moins 85 villes de Russie, a rapporté un groupe d’activistes, bien que beaucoup aient été libérées par la suite. Des nombres inédits d’agents de police anti-émeute portant des casques noirs, des camouflages et des gilets pare-balles ont essentiellement enfermé le centre de la métropole de 13 millions de personnes, arrêtant les passants à des kilomètres de la manifestation pour vérifier leurs documents et leur demander ce qu’ils faisaient à l’extérieur.

«Je ne comprends pas de quoi ils ont peur», a déclaré une manifestante nommée Anastasia Kuzmina, une gestionnaire de compte de 25 ans dans une agence de publicité, à propos de la police. Faisant référence à l’année de pointe de la répression de masse de Staline, elle a ajouté: «C’est comme si nous glissions en 1937.»

Mais la démonstration de force a également montré clairement que M. Poutine n’avait pas l’intention de reculer. Peu de temps après que le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, ait condamné «l’utilisation persistante de tactiques dures contre des manifestants pacifiques et des journalistes», le ministère russe des Affaires étrangères a publié un communiqué accusant les États-Unis de soutenir les manifestations dans le cadre d’une «stratégie pour contenir la Russie. «

Le prochain test pour les deux parties aura lieu mardi, lorsque M. Navalny fera face à une audience du tribunal pour des violations présumées de la libération conditionnelle liées à une affaire de détournement de fonds de six ans qui pourrait l’envoyer en prison pendant plusieurs années. Les alliés de M. Navalny – dont certains ont aidé à diriger les rassemblements depuis l’extérieur du pays via Twitter, Telegram et YouTube – ont déclaré que les manifestations de dimanche étaient un succès et ont rapidement appelé à davantage de manifestations devant le palais de justice mardi.

«Les citoyens russes ont de nouveau montré leur puissance et leur force, et il ne fait aucun doute que Poutine comprend cela», a déclaré dimanche Leonid Volkov, l’un des principaux collaborateurs de M. Navalny chargé de coordonner les manifestations depuis l’étranger, dans une émission en direct sur YouTube.

Mais la police a cherché à projeter sa force non seulement en nombre, mais aussi avec des tactiques plus effrayantes. Des images vidéo prises à Moscou et à Saint-Pétersbourg ont montré des personnes qui ne semblaient pas résister à l’arrestation en hurlant après que la police a utilisé des dispositifs de type taser contre eux – des armes qui n’auraient pas été utilisées lors de manifestations précédentes. On a également signalé l’utilisation de gaz lacrymogène à Saint-Pétersbourg.

La répression des manifestants a montré que M. Poutine – qui a maintenu un minimum de libertés dans le pays, y compris un Internet ouvert et certains médias d’information indépendants – est prêt à intensifier l’autoritarisme afin d’éviter une éventuelle menace contre son pouvoir. La question est de savoir si davantage de Russes résisteront activement à un tournant aussi autoritaire, d’autant plus que des images de brutalité policière traversent les médias sociaux dans les prochains jours.

«Les boulons se resserrent», a déclaré Nikolai Babikov, 31 ans, analyste en systèmes informatiques à Moscou, regardant avec appréhension la police anti-émeute et les gros fourgons de police gris qui retiennent les détenus. «La liberté est en train d’être éliminée et, petit à petit, nous redevenons l’Union soviétique.»

M. Poutine est confronté à un mécontentement croissant du grand public depuis plusieurs années dans un contexte de baisse des revenus réels et de dissipation de la ferveur patriotique qui a accompagné son annexion de la Crimée en 2014. M. Navalny est depuis longtemps le critique le plus virulent du Kremlin, et M. Poutine d’avoir tenté de le tuer via une attaque d’agent neurotoxique l’été dernier.

M. Navalny a mis en échec ce mécontentement accumulé il y a deux semaines lorsqu’il est rentré chez lui à Moscou après cinq mois de convalescence en Allemagne de l’empoisonnement, malgré une arrestation quasi-certaine à son arrivée. Puis, avec M. Navalny en prison, son équipe a publié une vidéo de deux heures accusant M. Poutine de faire construire un palais secret pour lui sur la mer Noire.

La vidéo a été vue plus de 100 millions de fois sur YouTube et a stimulé les manifestations appelant à la libération de M. Navalny. Dimanche, des images de partout au pays ont montré des manifestants brandissant des brosses de toilette et scandant «Aqua disco» – des références à une brosse de toilette à 850 $ et à une fontaine élaborée détaillées dans le rapport de M. Navalny.

Le Kremlin a nié le rapport sur le palais et s’est efforcé de contenir l’indignation du public à ce sujet. Samedi, la télévision d’Etat a diffusé une interview d’un ami de M. Poutine, Arkady Rotenberg, qui a déclaré qu’il était en fait le propriétaire de la propriété et envisageait de la transformer en hôtel.

«Je suis pour l’honnêteté, rien d’autre», a déclaré Lyudmila Mikhailovna, une pédiatre à la retraite de 83 ans à Moscou qui a refusé de donner son nom de famille.

Elle a dit qu’elle n’était pas une grande fan de M. Navalny mais qu’elle était sortie pour protester après avoir regardé sa vidéo sur le palais.

Les manifestations de dimanche ont commencé vers midi sur la côte pacifique de la Russie et ont traversé le pays, avec ses 11 fuseaux horaires, d’est en ouest. À Vladivostok, une ville portuaire sur la mer du Japon, les manifestants ont évité un centre-ville bloqué par des policiers anti-émeute et sont descendus sur la glace recouvrant la baie de l’Amour. Serrant les mains, des vidéos montrées, ils ont formé des chaînes et dansé en scandant: «Poutine est un voleur! et «La Russie sera libre!»

Les agents anti-émeute, d’abord hésitants à suivre sur l’eau gelée, ont décidé de se lancer. Mais cela semblait être une poursuite au ralenti, chaque côté se déplaçant avec précaution sur l’étendue de glace couverte de neige sous un ciel gris de fin d’après-midi.

Ce n’était qu’une des nombreuses scènes remarquables qui se sont déroulées dimanche dans l’est de la Russie, où les manifestations à grande échelle sont rares. Dans la ville sibérienne d’Irkoutsk, où les températures approchaient moins 20 degrés Fahrenheit, le taux de participation était nettement inférieur aux milliers de personnes qui ont manifesté le week-end dernier – et la présence policière encore plus imposante.

Aleksei Zhemchuzhnikov, un activiste civique, a déclaré que des chaînes de policiers anti-émeute avec une armure complète et des boucliers avaient été déployées pour la première fois, délimitant des sections du centre-ville. L’accès à Internet mobile a été coupé, a-t-il déclaré.

«Pour Irkoutsk, c’était une première», a déclaré M. Zhemchuzhnikov à propos de la réponse de la police. «Ils avaient peur.»

Pourtant, aucun signe de soutien aux manifestants n’est apparu au sein du gouvernement, du Parlement, des grandes entreprises ou des services de sécurité, qui restent tous fermement à la portée de M. Poutine. Les fissions dans l’élite, que l’on ne voit nulle part au moins en surface en Russie, ont joué un rôle déterminant dans le succès des mouvements de rue dans d’autres anciens États soviétiques.

À Moscou, l’équipe de M. Navalny a guidé les manifestants sur un itinéraire évasif en zigzag pour éviter les barricades policières. Cela les a encouragés à rester ensemble, dans des foules plus grandes et plus difficiles à arrêter. Bien avant le début des manifestations, la police a bouclé une grande partie du centre-ville aux piétons et a fermé les stations de métro autour du Kremlin – une tactique de contrôle des foules utilisée pour la première fois ces dernières années.

«Essayez de ne pas quitter les rues principales et de rester en grands groupes», a ordonné l’équipe de M. Navalny aux manifestants, en utilisant l’application de messagerie Telegram. «N’oubliez pas que plus nous sommes nombreux, plus il est difficile pour la police de faire quoi que ce soit.»

Les manifestants principalement jeunes, suivant les comptes des réseaux sociaux de Navalny sur leurs téléphones, se sont souvent retournés et ont suivi les instructions de l’équipe – ce qui les a conduits vers la prison où était détenu M. Navalny. La police, brandissant des boucliers et des matraques, a tenté de diviser la foule en petits groupes et d’arrêter les manifestants après les avoir poussés dans les murs et les clôtures.

Dans des scènes chaotiques, des policiers ont arrêté des personnes essayant de se cacher dans les arrière-cours et dans les entrées d’immeubles d’appartements. En début de soirée, l’agence de presse de l’État Tass a rapporté que la police contrôlait les cours et les immeubles à la recherche de traînards.

Les tactiques les plus dures évoquaient les manifestations en Biélorussie, où le président Aleksandr G. Lukashenko a utilisé une force policière féroce pour réprimer les manifestations après des élections frauduleuses de l’été dernier. Dimanche, la police russe n’a pas utilisé les méthodes les plus dures de M. Loukachenko – qui comprenaient des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc – mais elles semblaient faire écho à sa stratégie de désamorçage de la dissidence non pas par le dialogue, mais par la force brute.

À Saint-Pétersbourg, un journaliste du journal Novaya Gazeta a publié une vidéo de policiers traînant un manifestant inconscient dans un fourgon de police après une «détention sévère». Des informations faisant état d’officiers en civil battant des manifestants ont fait surface dans deux villes de province, Koursk et Volgograd.

Sur le grand Garden Ring de Moscou, la principale artère circulaire du centre-ville, Lyudmila Mikhailovna, la pédiatre à la retraite, regarda la phalange des officiers costauds devant elle.

Elle a dit qu’elle avait participé à des manifestations depuis l’ère Gorbatchev, mais que, malgré des déceptions répétées, continuerait de le faire «pour que mes enfants et petits-enfants n’aient pas à vivre dans un état policier avide». Elle a ajouté: «Les choses sont maintenant tout simplement intolérables.»

Oleg Matsnev et Sophia Kishkovsky ont contribué à la recherche.