Les personnes atteintes de trouble d’anxiété sociale (TAS) éprouvent une peur significative et chronique des situations sociales ou liées à la performance dans lesquelles il y a la possibilité de devenir gênées, rejetées ou examinées de près. Dans ces situations, les personnes atteintes de TAS éprouvent presque toujours des symptômes physiques d’anxiété.

Bien qu’ils sachent que leur peur est déraisonnable, ils ne semblent pas pouvoir faire quoi que ce soit pour l’arrêter, alors ils évitent complètement ces situations ou les traversent tout en ressentant une anxiété et une détresse intenses. De cette façon, le trouble d’anxiété sociale va au-delà de la timidité quotidienne et peut être extrêmement handicapant.

Les symptômes du trouble d’anxiété sociale relèvent généralement de trois domaines différents.

Verywell / Brianna Gilmartin

Symptômes physiques

Les symptômes physiques du TAS peuvent être extrêmement pénibles.Les symptômes physiques courants comprennent:

  • Vision floue
  • Rougir
  • Douleur de poitrine
  • Oppression thoracique
  • Des frissons
  • La diarrhée
  • Vertiges
  • Bouche sèche
  • Sentiments d’irréalité (déréalisation) ou sentiment de détachement de soi (dépersonnalisation)
  • Maux de tête
  • Battements de cœur (palpitations)
  • Course cardiaque (tachycardie)
  • Boule dans la gorge
  • Tension musculaire
  • La nausée
  • Paresthésies (picotements)
  • Bourdonnement dans les oreilles
  • Tremblement
  • Essoufflement
  • Transpiration
  • Voix tremblante

Pour certaines personnes, ces symptômes physiques peuvent devenir si graves qu’ils dégénèrent en une véritable crise de panique. Cependant, contrairement aux personnes atteintes de trouble panique, les personnes atteintes de TAS savent que leur panique est provoquée par la peur des situations sociales et liées à la performance plutôt que par la peur des crises de panique elles-mêmes.

Symptômes cognitifs

Le trouble d’anxiété sociale implique également des symptômes cognitifs, qui sont des schémas de pensée dysfonctionnels. Les personnes atteintes de cette maladie sont dérangées par les pensées négatives et le doute de soi en ce qui concerne les situations sociales et liées à la performance.

Voici quelques symptômes courants que vous pouvez rencontrer:

  • Croyances négatives: Croyances fermement ancrées sur votre inadéquation dans des situations sociales et / ou liées à la performance
  • Biais négatif: Une tendance à ignorer les rencontres sociales positives et à amplifier les capacités sociales des autres
  • Pensées négatives: Évaluations négatives automatiques sur vous-même dans des situations sociales ou liées à la performance

Par exemple, imaginez que vous commencez un nouvel emploi ou que vous arrivez le premier jour d’un nouveau cours. L’instructeur ou le responsable demande à chacun de se présenter au groupe. Une personne souffrant d’un trouble d’anxiété sociale peut commencer à avoir des pensées négatives telles que: «Tout le monde a l’air tellement plus détendu», «Et si je dis quelque chose de stupide?» ou «Et si tout le monde remarque que ma voix tremble?»

Ces pensées commencent à devenir rapidement incontrôlables au point que vous n’entendez rien d’autre. Quand il s’agit de votre tour, vous dites le moins possible et espérez que personne n’a remarqué votre anxiété.

Si ces schémas de pensée négatifs sont autorisés à se poursuivre sans traitement, ils peuvent également éroder votre estime de soi avec le temps, il est donc important de rechercher un traitement.

Symptômes comportementaux

Les personnes atteintes de trouble d’anxiété sociale agissent également de certaines manières. Ils ont tendance à faire des choix basés sur la peur et l’évitement plutôt que sur des préférences, des désirs ou des ambitions réels. Par exemple, vous pouvez abandonner une classe pour éviter de faire une présentation ou refuser une promotion d’emploi parce que cela signifiait une augmentation des exigences sociales et de performance.

Dans les cas graves, si elles ne sont pas traitées, les personnes atteintes de TAS généralisé sont particulièrement à risque d’avoir une mauvaise qualité de vie. Ils peuvent avoir peu ou pas d’amis, pas de relations amoureuses, abandonner l’école ou quitter leur emploi, et peuvent consommer de l’alcool pour tolérer l’anxiété.

Voici quelques symptômes comportementaux courants:

  • Évitement: Les choses faites ou non pour réduire l’anxiété d’être dans des situations sociales ou liées à la performance
  • Comportements de sécurité: Mesures prises pour contrôler ou limiter les expériences de situations sociales ou liées à la performance
  • Échapper: Quitter ou échapper à une situation sociale ou de performance redoutée.

Symptômes chez les enfants

Le trouble d’anxiété sociale chez les enfants et les adolescents peut apparaître différemment de celui des adultes.Les jeunes enfants atteints de ce trouble peuvent s’accrocher à un parent, avoir une crise de colère lorsqu’ils sont forcés de se retrouver dans une situation sociale, refuser de jouer avec d’autres enfants, pleurer ou se plaindre de maux d’estomac ou d’autres problèmes physiques.

L’inhibition comportementale pendant l’enfance est souvent un précurseur d’une anxiété sociale ultérieure. En revanche, les adolescents avec TAS peuvent éviter complètement les rassemblements de groupe ou montrer peu d’intérêt à avoir des amis.

Diagnostic

Un diagnostic de trouble d’anxiété sociale ne peut être posé avec aucun test de laboratoire ou examen physique. Comme pour tous les troubles mentaux, un diagnostic est basé sur le fait qu’une personne satisfait ou non à certains critères normalisés fixés par l’American Psychiatric Association (APA). Les professionnels de la santé mentale se référeront à un manuel intitulé Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), publié par l’APA.

La recherche a montré que l’anxiété sociale a tendance à toucher les femmes plus fréquemment que les hommes. À ce titre, les experts recommandent aux cliniciens de dépister les troubles anxieux chez les filles et les femmes âgées de 13 ans et plus.Comme les troubles anxieux peuvent s’aggraver avec le temps, une intervention précoce peut entraîner de meilleurs résultats et un bien-être amélioré.

Le processus de diagnostic implique un examen des antécédents de santé mentale du patient et une entrevue pour évaluer les perceptions et les expériences de la personne.En ce qui concerne le TAS, l’un des objectifs de l’évaluation serait de déterminer si la peur est si grave qu’elle interfère avec votre fonctionnement quotidien, votre travail scolaire, votre emploi ou vos relations.

Critères de diagnostic SAD

  • Vous avez une peur ou une anxiété marquée au sujet d’une ou de plusieurs situations sociales dans lesquelles vous pourriez être examiné par d’autres, comme rencontrer de nouvelles personnes, être observé en train de manger ou faire un discours.
  • Vous craignez de vous humilier ou de vous embarrasser et d’être rejeté par les autres en raison de la façon dont vous agissez ou parce que vous présentez des symptômes d’anxiété.
  • Vous ressentez toujours de la peur ou de l’anxiété dans ces situations.
  • La peur ou l’anxiété que vous ressentez est disproportionnée par rapport à la menace réelle de la situation.
  • Cette peur ou cette anxiété dure depuis 6 mois ou plus.
  • Cette peur ou cette anxiété provoque une détresse ou une altération importante dans des domaines importants de votre vie, tels que votre travail ou vos relations avec les autres.
  • Cette peur ou cette anxiété ne peut pas être attribuée aux effets d’un médicament / médicament, n’est pas expliquée par un autre trouble mental et n’est pas liée à une condition médicale.

Si vous ne ressentez ces peurs que lorsque vous parlez ou que vous jouez en public, le spécificateur «performance uniquement» sera ajouté à votre diagnostic de trouble d’anxiété sociale.

Autres outils de diagnostic

En plus d’utiliser les critères de diagnostic du DSM-5 pour rendre un diagnostic, les professionnels de la santé mentale utilisent parfois des échelles d’évaluation pour aider à évaluer le niveau d’anxiété sociale ou des types spécifiques de symptômes. Cela peut être particulièrement utile en cas de traitement, car vos symptômes peuvent être évalués avant et après pour déterminer si les choses se sont améliorées.

Quelques exemples d’autres évaluations incluent le Mini Social Phobia Inventory et Liebowitz Social Anxiety Scale. Dans le cadre de la thérapie cognitivo-comportementale, l’échelle des unités subjectives de détresse est également utilisée.

Quand demander de l’aide

Si vous vivez avec de l’anxiété sociale, vous vous demandez peut-être si vos symptômes sont suffisamment graves pour que vous receviez un diagnostic de trouble d’anxiété sociale (TAS). Il peut être difficile de savoir si ce que vous vivez est une maladie qui peut être diagnostiquée.

En règle générale, si les symptômes que vous ressentez affectent de manière négative certains aspects de votre vie quotidienne (comme les relations, le travail ou l’école) ou si vous évitez des situations en raison de l’anxiété, une visite chez le médecin peut être en ordre.

Un psychiatre ou un autre professionnel de la santé mentale peut aider au traitement. La bonne nouvelle est que les symptômes du TAS répondent bien au traitement. Les symptômes physiques, cognitifs et comportementaux du TAS peuvent bien répondre à la psychothérapie telle que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), la thérapie d’exposition et les médicaments.

Si vous n’avez pas encore reçu de diagnostic de TAS, obtenir un diagnostic et trouver un thérapeute de l’anxiété devrait être votre première priorité.

Guide de discussion sur le trouble d’anxiété sociale

Obtenez notre guide imprimable pour vous aider à poser les bonnes questions lors de votre prochain rendez-vous chez le médecin.

Diagnostic différentiel

Il existe de nombreuses conditions qui partagent des similitudes avec le trouble d’anxiété sociale. Souvent, ceux-ci peuvent être diagnostiqués avec SAD. Le diagnostic différentiel peut inclure les conditions suivantes:

  • Mutisme sélectif: Le mutisme sélectif implique une incapacité à parler dans des situations sociales spécifiques (par exemple, à l’école) et est généralement diagnostiqué dans l’enfance. Les enfants atteints de ce trouble échoueront à parler à l’école, mais pourront parler avec leur famille à la maison.
  • Trouble de la fluidité de l’enfance (bégaiement): Le trouble de la fluidité de l’enfance est répertorié comme un trouble neurodéveloppemental, mais peut également causer de l’anxiété à l’idée de parler en public.
  • Trouble de la personnalité évitante: Ce trouble implique les mêmes symptômes que le trouble d’anxiété sociale, mais à un degré plus fort, avec un modèle plus large d’évitement.
  • Trouble panique: Le trouble panique implique des attaques de panique inattendues qui semblent sortir de nulle part. Contrairement aux personnes atteintes de TAS, les personnes atteintes de trouble panique peuvent soupçonner une cause médicale de leur anxiété.
  • Agoraphobie: L’agoraphobie est diagnostiquée avec le trouble panique et fait référence à la peur d’avoir une crise de panique dans un endroit d’où il serait difficile de s’échapper. Les personnes atteintes de trouble d’anxiété sociale peuvent également recevoir un diagnostic de trouble panique et d’agoraphobie, mais ce sont des conditions distinctes.
  • Trouble du spectre de l’autisme (TSA): Le trouble du spectre de l’autisme implique une altération de la communication sociale dans une gamme de contextes. Les enfants autistes de haut niveau (niveau 1) peuvent également souffrir d’anxiété sociale.

Un mot de Verywell

Bien que seul un professionnel de la santé mentale qualifié puisse fournir un diagnostic, la lecture des symptômes du trouble aidera à déterminer si ce que vous ressentez est typique du trouble d’anxiété sociale.

Si vous trouvez que vos symptômes correspondent à un diagnostic de TAS, sachez qu’une aide est disponible. Obtenir de l’aide peut sembler difficile au début, mais ce sera vraiment un pas dans la bonne direction et cela en vaudra la peine à la fin.