Après les «attaques d’églises», le «lynchistan» et les craintes de «génocide des agriculteurs», un autre faux récit est en préparation, cette fois sous la forme d’une étude universitaire impliquant trois participants de l’IIT Kharagpur et un du MIT Institute of Data, Systems et société.

Le titre de l’étude, rédigée par Punyajoy Saha, Binny Mathew et Animesh Mukherjee de l’IIT, Kharagpur, et Kiran Garimella du MIT, est « Bref est la route qui mène de la peur à la haine: discours de peur dans les groupes Whatsapp indiens»(Vous pouvez télécharger l’article ici).

Le titre est trompeur, car ce qu’il promet est une étude du discours de peur sans biais, mais ce qu’il livre est une étude spécifiquement centrée uniquement sur l’islamophobie. Aucun effort n’est fait pour étudier la peur contre Hindous par des groupes laïques, musulmans et chrétiens. En termes simples, l’enquête cherche à trouver un seul type de peur et – surprise, surprise – trouve des «preuves» pour étayer son hypothèse.

Il s’agit d’un biais de données et d’une stupidité dangereuse, du type qui ne compte qu’un seul type de crime, sans collecter de données sur d’autres types de crimes similaires pour mettre les choses en perspective.

Si vous ne comptez que le nombre de musulmans lynchés pour la violence liée aux vaches (et jamais le meurtre de Gau rakshaks par des passeurs de vaches), vous obtiendrez un certain nombre d’incidents pour étayer vos allégations de haine musulmane. Le fait que des lynchages similaires se produisent pour le vol de chèvres, le levage d’enfants ou même pour un conducteur dont le véhicule passe au-dessus d’un piéton montre que le public et les foules de justiciers ont tendance à se faire justice eux-mêmes lorsque la police n’est pas vue. pour rendre justice. Ce qui peut être considéré comme un problème avec une police médiocre et une faible confiance dans l’application de la loi est transformé en un discours partiellement faux contre les minorités.

Si vous ne comptez que les incidents qui se sont produits avec les églises de Delhi, vous obtiendrez des histoires et des récits qui vous autoriseront à affirmer que les minorités sont attaquées. Au cours de la même période en 2014, plusieurs centaines de temples ont été confrontés à des «attaques» similaires, ce qui vous aurait dit que le problème était une criminalité mineure incontrôlée, et non le ciblage d’une communauté spécifique. Le récit des «attaques contre les églises» est mort de mort naturelle seulement lorsqu’une vieille religieuse a été violée au Bengale occidental et, à la déception de ceux qui ont porté les «attaques contre les églises», l’auteur a été reconnu comme étant un musulman du Bangladesh.

L’étude IITKg-MIT suit cette voie éprouvée et fiable consistant à utiliser une lentille étroite pour voir un problème général afin qu’il puisse arriver à une conclusion prédéterminée et livrer une conclusion tendancieuse: que la peur des hindous sur WhatsApp (parmi d’autres forums) est le problème.

Pour être juste envers les auteurs de l’étude, ils ne prétendent rien faire d’autre. Il le dit correctement dans son résumé:

«WhatsApp est devenu un outil puissant et bon marché pour la campagne politique, largement utilisé lors des élections générales indiennes de 2019, où il a été utilisé pour se connecter aux électeurs à grande échelle. Parallèlement à la campagne, il a été rapporté que WhatsApp est également devenu un terrain fertile pour les discours nuisibles contre divers groupes protégés et minorités religieuses. Beaucoup de ces messages tentent de faire craindre au sein de la population une communauté (minoritaire) spécifique. » (Italique à moi).

Les auteurs pensent apparemment que l’Inde a des «groupes protégés» et des «minorités religieuses», alors que la question de savoir qui est une minorité dépend du contexte. Les hindous peuvent aussi être des minorités, au Jammu-et-Cachemire, au Nagaland et au Pendjab, entre autres États, mais ils ne reçoivent aucune mention spéciale.

Peut-on considérer 200 millions de musulmans en Inde comme une minorité étant donné le nombre même de personnes impliquées? Et s’ils constituent un «groupe protégé», les hindous sont-ils le seul «groupe non protégé» en Inde? Que dit cette hypothèse sur l’égalité de traitement pour tous les Indiens, où certains sont protégés et d’autres pas?

Plus tard, l’étude fait de l’islamophobie son seul objectif. Ça dit: